A propos d'Al Hajj

Pour que notre pèlerinage soit un hajj Mabrour
Réflexions sur le pèlerinage
Des recherches médicales sur le Hajj


Pour que notre pèlerinage soit un hajj Mabrour

Lundi 22/11/2010

Allah (le Très Haut) a accordé une grande récompense pour le hajj Mabrour qui, selon un Hadith du Prophète () "n'a de récompense que le Paradis".

Est hajj Mabrour tout pèlerinage que le serviteur accomplit tout en multipliant les actes de dévotion et les bonnes œuvres, car le mot arabe (Bir) renvoie aux deux significations suivantes:

1-Faire des actes de bienfaisance au service des autres; c'est le contraire de la désobéissance et de l'ingratitude. Dans le Hadith il est défini comme étant le bon tempérament. Dans le Mousnad de l’Imam Ahmed il y a le Hadith suivant rapporté par Jaber et qui en donne une autre signification :

"On a demandé au Prophète (): qu'est ce que Al-Bir (la piété)? Et sa réponse fut: "C'est le fait de nourrir les autres et de saluer tous ceux qu'on rencontre"

2-Intensifier et étendre les actes d'adoration et de dévotion; c'est le contraire de commettre des péchés; c'est aussi le sens utilisé dans le verset: « Ordonnez-vous aux gens de faire le bien [Al-Bir] tout en oubliant vous-même de le faire?» (Coran : 2/44)

Al Kortoubi a dit que les explications données au mot (Mabrour) sont proches les unes des autres et il affirme en outre qu'il s'agit d'un pèlerinage satisfaisant dans la forme et dans le fond, accompli de la façon la plus correcte.

Il en ressort donc que tout pèlerinage accompli n'est pas nécessairement un hajj Mabrour. Ainsi, quand Moujahid dit: "que de pèlerins il y en a"! Il s'entendit répondre par Ibn Omar,"oh ! Dis plutôt: que de voyageurs ! Les vrais pèlerins sont peu nombreux".

Pour jeter la lumière sur la question je me permets de souligner les éléments essentiels suivants qui sont indispensables à tout pèlerin désireux d'accomplir un hajj Mabrour:

A- la sincérité envers Allah et le suivi de son prophète

Les actes d'adoration ne sont valables et valides que s’ils répondent aux deux conditions suivantes :

1)être sincèrement accomplis pour plaire à Allah et à Lui Seul, Qui, dit dans un Hadith Qoudoussi:"Je suis le partenaire qui peut le mieux se passer des autres partenaires. En conséquence, quiconque fait un acte de dévotion où il implique un autre avec Moi Je l'abandonnerai lui et son idolâtrie". Quant au Prophète, il a toujours mis en garde contre un hajj qui n'est pas Mabrour, c'est pourquoi il implorait Allah en ces termes:" ô Seigneur! Je T’implore de m'accorder un pèlerinage sans ostentation ni jactance”.

2) être en conformité avec la Sunna du Prophète (), car dans le Hadith, il est spécifiquement indiqué que "quiconque fait un acte qui n'est pas conforme à notre Sunna ne sera pas accepté de lui". C'est pourquoi le Prophète, en accomplissant le pèlerinage, disait toujours et insistait : "Apprenez de moi vos rites (c-à-d : suivez moi pour bien apprendre comment faire le Hajj), car je ne suis pas sûr de revenir une autre fois pour l’accomplir avec vous." Les Sahaba (Compagnons), qu'Allah les agrée, ont bien compris la leçon au point qu'Oumar () dit en voulant embrasser la Pierre noire: "Je sais parfaitement que tu n’es qu’une pierre, qui ne peut être ni bénéfique ni même néfaste , si je n’avais pas vu le Prophète () t’embrasser, je ne t’aurai jamais embrassée. "

B- La bonne préparation du pèlerinage

Si, comme le dit le proverbe, celui qui veut voyager loin doit ménager sa monture alors celui qui se rend en pèlerinage le doit encore davantage car cela l'aidera à accomplir son pèlerinage de la meilleure façon afin que celui-ci soit un hajj Mabrour .

Voici donc les aspects les plus importants qu'il convient au pèlerin de prendre en compte pour bien se préparer:

1) Revoir ses rapports avec Allah dans le sens d'un repentir franc et sincère selon les règles établies pour celui-ci;

2) Demander l'assistance et l'orientation d'Allah tout en lui montrant notre faiblesse et notre pauvreté, notre crainte de Lui et notre espoir en Lui; même si la préparation matérielle est indispensable, on ne doit, loin s'en faut, s'en suffire

3) Se défaire des droits et des devoirs des autres, en leur rendant ce qu'ils nous ont confié, en leur payant leurs dettes ou, faute de quoi, en s'excusant surtout auprès de ceux qui sont reconnus pour être âpres au gain;

4) Ecrire son propre testament, car on ne sait jamais ce qui arrivera;

5) Mettre de côté, en faveur des personnes en charge, une provision qui leur suffira jusqu'à son retour, tout en leur recommandant de faire le bien; il les confie à quelqu'un qui se chargera de régler les problèmes éventuels qu'elles pourraient renconter. Ainsi aura-t-il la tête reposée et l'esprit tranquille pour bien accomplir son pèlerinage;

6) hoisir le moyen de transport le plus convenable et la provision la plus Halal (licite), car l'usage de ce qui n'est pas Halal empêche le serviteur de voir ses prières exaucées. Dans le livre de Tabarani, il y a le Hadith suivant: "Lorsque l'homme sort de chez lui pour se rendre en pèlerinage avec une provision Halal, quand il met son pied dans l'étrier et appelle:labeika allahouma labeika (Me voici, Ô Allah ! Me voici, Ô Toi qui n’a pas d’associé. Certes, les louanges, les biens, la royauté T’appartiennent, sans associé), une voix en provenance du ciel lui répondra : lebeika wa saadeika (Ton appel est exaucé et tu en sera réjouit ), ta provision est Halal, tes moyens de transports le sont tout autant et donc ton hajj sera Mabrour. Lorsque qu'il sort de chez lui pour se rendre en pèlerinage avec une provision non halal, quand il met son pied dans l'étrier et appelle : labeika (Me voici), une voix en provenance du ciel lui répondra : la lebeika wa la saadeika (Ton appel n’est exaucé ), car ta provision n'est pas Halal , tes moyens de transports le sont moins encore et donc ton hajj ne sera pas Mabrour.

A vrai dire nous sommes dans une époque où les gains non Halal, à quelques rares exceptions prés dues à l'indulgence immense d'Allah, sont si répandus et les moyens financiers suspects si utilisés qu'il faille lancer un cri d'alarme à tout bon musulman pour qu'il craigne Allah et se rappelle du Hadith :"Allah est Bon et n'accepte que ce qui est bon (Halal)."

Il est aussi souhaitable d'avoir assez de provision halal pour ne pas avoir besoin des autres et pour pouvoir aider ceux qui sont dans le besoin.

7) Choisir des compagnons suffisamment pieux pour le relever quand il tombe, lui faire une admonition quand il oublie, lui donner des leçons et des conseils quand il en a besoin, lui enjoindre de faire le bien et lui déconseiller de faire le mal. Cependant, il doit, à tout prix, éviter deux catégories de personnes :

-les mauvais compagnons qui incitent aux péchés et aux futilités;

-les désœuvrés qui passent leur temps à s'occuper de choses qui n'ont aucune utilité dans l'autre monde.

8) Chercher à mieux s'initier aux règles régissant le pèlerinage et à connaître celles relatives au voyage en général : l'abréviation de la prière, l'accomplissement en même temps de deux prières obligatoires, at tayamoum, le passage des mains mouillées sur les chaussettes, etc. Dans le Hadith, il est dit que "quiconque Allah veut combler de bien il l’instruit en matière de religion".

Réflexions sur le pèlerinage

Vous êtes prêt à partir pour accomplir une grande obligation. Faites ce voyage vers la Maison d’Allah, exalté soit-Il, de la manière qui Lui plaît. Pensez au prochain voyage qui aura lieu, celui qui mènera à la rencontre d’Allah, exalté soit-Il, le Très Haut. Ceci soulève des questions telles que : Qu’est ce que j’ai préparé pour ce Jour ? Est-ce que je respecte les ordres d’Allah, exalté soit-Il ? Est-ce que je suis la Sunna ? Allah, exalté soit-Il, dit (sens du verset) : « Et n’invoque nulle autre divinité avec Allah. Point de divinité à part Lui. Tout doit périr, sauf Son Visage. A Lui appartient le jugement ; et vers Lui vous serez ramenés » (Coran 28/88).

Quand vous vous apprêtez et que vous prenez suffisamment de provisions pour atteindre la terre sacrée de la Mecque, rappelez-vous du voyage vers Allah, exalté soit-Il et de l’au-delà où vous aurez besoin de la provision de vos bonnes actions pour atteindre le but désiré. La mort et la tombe, le Jugement, la Balance et le Siraat suivi soit du Paradis soit de l’Enfer, sont devant vous. Celui qui est béni sera celui qu’Allah, exalté soit-Il, sauvera, alors suivez donc les ordres d’Allah, exalté soit-Il : « … Et le bien que vous faites, Allah le sait. Et prenez vos provisions ; mais vraiment la meilleure provision est la piété… » (Coran 2/197).

En vous habillant des deux étoffes de l’Ihraam, rappelez-vous du moment où vous serez revêtu d’un linceul, quand votre corps sera enveloppé et mis dans la tombe. Ceci pousse à renoncer à la désobéissance et aux péchés, tout comme vous avez abandonné vos habits de luxe et vous vous êtes vêtu de deux simples étoffes blanches. Lavez et purifiez votre cœur de toutes les marques de péchés et de désobéissance.

Quand vous vous arrêterez au Miiqaat, rappelez-vous qu’il reste encore un autre Miiqaat qui aura lieu prochainement. Il s’agit du Miiqaat (rendez-vous pris) du Jour de la résurrection (sens du verset) : « Dis : En vérité les premiers et les derniers seront réunis pour le rendez-vous d’un jour connu » (Coran 56/49-50).

Au moment d’entrer à la Mecque, rappelez-vous que vous êtes dans un sanctuaire sûr (sens du verset) : « … Ne les avons-Nous pas établis dans une enceinte sacrée, sûre, vers laquelle des produits de toute sorte sont apportés comme attribution de Notre part ? Mais la plupart d’entre eux ne savent pas » (Coran 28/57).

Rappelez-vous du sanctuaire du Jour de la Résurrection, sanctuaire que nul ne peut atteindre sauf ceux qui croient sincèrement en Allah, exalté soit-Il, et qui évitent toute forme de Chirk (polythéisme) (sens du verset) : « Ceux qui ont cru (en l’Unicité d’Allah et n’adorant nul autre que Lui) et n’ont point troublé la pureté de leur foi par quelqu’inéquité (association) (en adorant d’autres avec Allah), ceux-là ont la sécurité ; et ce sont eux les bien-guidés » (Coran 6/82).

Le Cheikh Naasir Eddine Al-Albaany, qu'Allah lui fasse miséricorde, a écrit dans son conseil aux pèlerins : « … Nous avons vu de nombreuses personnes (pendant le pèlerinage) tomber dans le chirk (attribuer des partenaires à Allah, exalté soit-Il). Par exemple, ils invoquent un autre qu’Allah pour les soulager de souffrances, ils cherchent l’aide de prophètes et de gens pieux décédés ; ils les invoquent à la place d’Allah, exalté soit-Il, et ils font des serments en leurs noms en les glorifiant de manière injustifiée. Avec de telles actions, ils invalident entièrement leur pèlerinage, comme Allah, exalté soit-Il, dit (sens du verset) : « Si tu donnes des associés à Allah, ton œuvre sera certes vaine ; et tu seras très certainement du nombre des perdants » (Coran 39/65). Engagez-vous à vous repentir, à avoir une bonne opinion d’Allah, exalté soit-Il, en espérant qu’Allah, exalté soit-Il, vous sauvera de Son châtiment.

Quand vous entrez dans la Mosquée Sacrée, par l’une de ses portes, vous apercevez maintenant ce que vous rêviez de voir depuis si longtemps. Louez Allah, exalté soit-Il, pour avoir rendu cela possible et espérez qu’Il vous fasse don de la plus grande des rétributions, qui consiste en la vision de Son Visage Majestueux le Jour des Comptes. Cette reconnaissance ne doit pas être uniquement verbale en disant al-hamdulillah, mais également en obéissant à Ses Ordres pendant le pèlerinage et durant toute votre vie.

Embrasser la pierre noire devrait ancrer en vous l’amour de la Sunna du Messager d’Allah (). Rappelez-vous de la parole de ‘Omar, qu'Allah soit satisfait de lui : « Je sais que tu n’es qu’une pierre qui ne peut ni porter préjudice ni être bénéfique. Si je n’avais pas vu le Prophète () t’embrasser, je ne t’aurais jamais embrassée » (Boukhari : 1520 entre autres).

Vous commencez votre Tawaaf. Sachez que le Tawaaf est un grand moment pour glorifier Allah, exalté soit-Il. Evoquez-le et passez votre temps à l’invoquer. Méditez sur l’époque où le Prophète () fut empêché de faire ce que vous êtes en train de faire ! Ensuite, pensez à la manière dont le Messager d’Allah () a purifié la Maison d’Allah des symboles qui renvoyaient à l’adoration d’autres qu’Allah, exalté soit-Il. Toutes les idoles furent détruites ! Demandez à Allah, exalté soit-Il, de vous raffermir sur la bonne croyance et la voie des Salafs et de vous permettre de décéder en suivant la religion Al-Hanifiyyah (l’Islam).

Buvez de l’eau de Zamzam et invoquez Allah, exalté soit-Il, et glorifiez-Le. Rappelez-vous des bénédictions d’Allah, exalté soit-Il, qu’Il a octroyées à l’humanité sous la forme de cette eau bénite.

Lorsque vous effectuez le Sa’y (marche entre les deux monts As-Safaa’ et Al-Marwa), méditez sur Hajjar, la mère d’Ismaël () quand elle a demandé à son mari, Ibraahiim (Abraham) () : « Allah t’a-t-Il ordonné de faire cela ? (me laisser avec mon bébé dans la région désertique de la Mecque ?) Quand il () a répondu par l’affirmative, elle manifesta sa croyance forte, et sa confiance en Allah, exalté soit-Il, en répondant ceci : « Alors Allah ne nous abandonnera pas ». Cette grande déclaration fit de Hajjar le parangon de l’endurance solide, de la persévérance et de la confiance qu’un Musulman doit avoir en Allah, exalté soit-Il. Ici, dans la Mecque désertique, Hajjar était pleine de confiance en Allah et dans les montagnes, Abraham () invoquait Allah, exalté soit-Il (sens du verset) : « Ô notre Seigneur, j’ai établi une partie de ma descendance dans une vallée sans agriculture, près de Ta Maison sacrée [la Ka’ba], - ô notre Seigneur - afin qu’ils accomplissent la Salât. Fais donc que se penchent vers eux les cœurs d’une partie des gens. Et nourris-les de fruits. Peut-être seront-ils reconnaissants ? » (Coran 14/37).

Allah, exalté soit-Il, exauça l’invocation d’Ibraahiim () et pour récompenser la croyance ferme de Hajjar, des hommes et des fruits arrivèrent à la Mecque provenant de différents horizons et leur fils devint prophète d’Allah, exalté soit-Il.

Le Sa’y et la lutte de Hajjar nous ont transmis une leçon de patience dans l’adversité, et appris que l’homme doit se tourner vers Allah, exalté soit-Il, qui est la Seule Source de secours. Quand un homme se rappelle de la lutte et de la patience de cette femme, il lui devint facile de supporter ses propres problèmes.

Le fait de se tenir sur 'Arafat (le Woqouf) et la foule devraient vous rappeler le Jour de la Résurrection, quand tous les hommes, du premier au dernier, se tiendront devant leur Seigneur, pieds nus, nus, et non circoncis, pendant cinquante mille ans. Montrez-vous humble devant Allah, exalté soit-Il, et manifestez votre adoration à Lui Seul. Décidez d’abandonner tous les péchés, hâtez vous d’accomplir de bonnes actions et libérez-vous de tout orgueil et arrogance.

Ramassez les pierres et quand vous vous apprêtez à commencer le jet de pierres (jamaraat), rappelez-vous du hadith du Messager d’Allah () : « Le fait de jeter les cailloux (c’est-à-dire au niveau des Djamaraates), sera une lumière pour vous le Jour du Jugement » (Al-Albaany, Sahiih, Silsilah al-Ahaadiith as-Sahiihah vol: 6, N°: 2515). Ce jet de pierres est une manifestation de servitude envers Allah, exalté soit-Il, parce que même si l’Homme ne comprend pas la raison entière et la sagesse de cet acte, il suit les ordres d’Allah, exalté soit-Il, en toute soumission.

Avant d’accomplir le sacrifice, purifiez votre intention car (sens du verset) : « Ni leurs chairs ni leurs sangs n’atteindront Allah, mais ce qui L’atteint de votre part c’est la piété… » (Coran 22/37). Quand vous immolez votre hady (bête de sacrifice), rappelez-vous de cet événement, quand un père, Ibraahiim (Abraham) () s’est soumis aux ordres d’Allah, exalté soit-Il et a volontairement accepté de sacrifier son fils unique (Ismaël) qui avait grandi et était devenu pour lui un bâton de vieillesse. Ceci nous apprend à obéir aux ordres d’Allah, exalté soit-Il, tout comme Ismaël () l’a fait (sens du verset) : « … (Ismaël) dit : « Ô mon cher père, fais ce qui t’es commandé : tu me trouveras, s’il plaît à Allah, du nombre des endurants» (Coran 37/102).

Après avoir fini votre pèlerinage, ne pensez pas que l’évocation d’Allah, exalté soit-il, soit terminée, lisez attentivement ce qu’Allah, exalté soit-il, dit (sens du verset) : « Et quand vous aurez achevé vos rites (du pèlerinage), alors invoquez Allah comme vous invoquez vos pères, et plus ardemment encore… »(Coran 2/200).

Des recherches médicales sur le Hajj

Le Hajj constitue une saison singulière, au cours de laquelle se réunissent dans un seul lieu, et pendant des semaines, plus de deux millions de Musulmans qui y affluent des quatre coins du globe. Certes, le Hajj impose au pèlerin certaines difficultés, telles que la peine du voyage, les démarches pour accomplir les rites et les variations climatiques à la Mecque et à Médine en été.

Il n’est donc pas étonnant que de nombreux pèlerins se sentent exténués à cause de ces changements subits, qui peuvent augmenter la tension subie par le cœur, l’abdomen et les deux reins, surtout chez les personnes dont ces organes sont malades.

Et comme les rites du Hajj ont lieu à un moment déterminé, nombre d’entre eux hésitent à demander une consultation médicale, bien que le gouvernement saoudien assure des services médicaux gratuits aux pèlerins, et nombre d’entre eux s’empressent de quitter l’hôpital pour éviter de rater les rites.

Á notre grand bonheur, beaucoup de recherches médicales ont été récemment publiées dans les revues spécialisées, se focalisant sur les malaises qui atteignent les pèlerins, dont l’hyperthermie, les problèmes médicaux et chirurgicaux généraux qu’ils doivent affronter, les difficultés rénales, la méningite, etc.

Les gastro-entérites sont en tête des maladies les plus répandues parmi les pèlerins. En 1988, Dr. Hassan Al-Ghaznawi de l’Université de Djeddah a publié dans le Saudi Medical Journal les résultats d’une étude effectuée sur un échantillon de pèlerins. En vertu de cette étude, les inflammations de l’estomac et des intestins sont les plus répandues chez les pèlerins, surtout égyptiens et syriens, les pèlerins d’âge avancé étant les plus touchés. Au deuxième rang vient la pneumonie qui est à l’origine du décès de nombre de pèlerins qui ont dépassé la cinquantaine.

Cependant, l’hyperthermie reste la cause principale des décès chez les pèlerins, 28% des décès, suivie de l’asphyxie, surtout parmi les femmes et les personnes âgées, en raison des bousculades qui se produisent pendant la lapidation.

Les maladies cardiaques chez les pèlerins :

Il va sans dire que nombre de personnes cardiaques accomplissent le Hajj chaque année. Au cours de la saison de l’année 1413 de l’hégire, Dr. Mohammad Yusuf, de l’Hôpital du roi ‘Abdul-‘Azîz à Médine, a effectué des études sur un échantillon de 754 pèlerins atteints de problèmes médicaux internes. Il a découvert que 73% des cas sont atteints de maladies affectant la poitrine et 61% de maladies cardiaques. Le quart de ces derniers souffrent de problèmes dans les artères coronaires, alors qu’un deuxième quart souffre d’hypertension.

D’autre part, 16% des cas consistent en des personnes atteintes d’IDM (infarctus du myocarde). Malheureusement, la majorité des patients ont été atteints de plusieurs maladies à la fois et, au cours de la période de l’étude, 57 pèlerins ont trépassé, la moitié de ce nombre à cause de l’IDM.

En 1995, en faisant la présentation de son étude lors de la réunion de l’Association des Maladies Cardiaques, le chercheur a affirmé que la majorité des patients qui composaient l’échantillon précédent se sont arrêtés de prendre leurs médicaments ; leur situation sanitaire s’est alors détériorée, ce qui a entrainé leur hospitalisation. Parmi les problèmes qu’affrontent les médecins dans le traitement des pèlerins, figure la difficulté de la communication avec eux, vu la barrière de la langue, en plus de l’inexistence de rapports médicaux en possession de ces patients, décrivant leur situation sanitaire avant le Hajj.

L’hyperthermie qui frappe les pèlerins :

L’hyperthermie est un cas médical qui peut être traité par les premiers secours. Il consiste en une hausse de la température du corps parfois au-delà des 40o, accompagnée d’une anhidrose et de troubles nerveux qui varient entre la confusion mentale et le coma. En Arabie saoudite, où la température en été peut atteindre les 48o, les cas d’hyperthermie se produisent très rarement parmi les indigènes qui ont l’habitude de supporter cette chaleur torride, mais augmentent tangiblement pendant la saison du pèlerinage, surtout lorsqu’elle tombe en été, se répandant parmi les pèlerins.

D’habitude, les cas d’hyperthermie se produisent au cours des deux premières semaines de Dhoul Hidjja sur l’itinéraire qui va de la Mecque vers ‘Arafat, puis Mina, puis le chemin de retour vers la Mecque. Ceci est dû entre autres facteurs à la foule et à la chaleur. Le gouvernement saoudien a pris maintes mesures de prévention et de traitement dans des centres spécialisés à la Mecque, à Mina et à ‘Arafat. Ces centres comprennent des dispositifs particuliers pour le refroidissement du corps, appelés « Body-Cooling Unit ».

En 1986, une revue médicale saoudienne a publié une étude qui compare deux procédés de refroidissement. Le premier consiste en un refroidissement rapide, par le biais de l’unité susmentionnée, et le second consiste en la méthode classique simple, et ceci en recouvrant le corps du patient de morceaux de gaze humidifiée à la température de la chambre, puis à exposer le patient à des courants d’air provenant de ventilateurs électriques fixés partout. Il n’y avait pas de différence notable entre les deux procédés, concernant le temps mis pour refroidir le corps du patient, ni dans les résultats finaux, ce qui laisse entendre que la méthode classique simple reste efficace dans le traitement de ces cas.

Selon les chercheurs, l’apparition de l’hyperthermie chez les pèlerins est due à maints facteurs, parmi lesquels :

1- La hausse de la température et de l’humidité, surtout pendant la nuit, lorsque la saison du pèlerinage a lieu en été.

2- L’entassement des pèlerins et, par conséquent, la réduction de la circulation de l’air.

3- Le fait que certains pèlerins ne soient pas habitués à la chaleur.

4- Le fait que les pèlerins effectuent les rites exténuants du Hajj, dont les longues marches entreprises surtout au milieu de la journée. Par ailleurs, certains pèlerins insistent pour escalader le Mont Ar-Rahmah le jour de ‘Arafat, et à parcourir de longues distances à pied.

5- Le grand nombre de voitures et de bus, dont la majorité n’est pas équipée de systèmes de climatisation.

6- Le fait que certains pèlerins aient été déjà atteints par diverses maladies, telles que le diabète et les maladies cardiaques.

7- L’obésité.

8- La sécheresse.

9- La sénilité.

Les changements cardiaques lors de l’hyperthermie :

En 1994, le Journal of Saudi Heart Association a publié une kyrielle d’études que les chercheurs ont présentées au cours de la conférence sur les maladies cardiaques, organisée à Dammam en janvier de la même année. Parmi ces études, il y en avait une qui avait été élaborée par Dr. Layth Maymach de l’Hôpital spécialisé du roi Faysal à Riyad. En collaboration avec nombre de ses collègues, Dr. Maymach a observé les changements qui surviennent dans le cœur humain, en soumettant à un examen cardiographique 28 patients atteints de coup de chaleur et de 34 autres atteints d’hyperthermie. Il a découvert des anomalies dans les cardiogrammes de 29 patients sur 34.

La tachycardie sinusale a été le symptôme commun chez beaucoup de patients. Par ailleurs, les changements qui sont apparus sur les cardiogrammes ont laissé entendre l’existence d’un manque dans l’irrigation du myocarde.

Pour sa part, Dr. Mohammad Nûh, de l’Hôpital universitaire du roi Khaled à Riyad, a présenté les résultats d’un examen échocardiographique, effectué sur un échantillon de 51 pèlerins atteints d’hyperthermie. Selon ces résultats, 17% de ces pèlerins ont été atteints d’un dérèglement local dans le mouvement du myocarde. Par ailleurs, le quart des pèlerins qui constituaient cet échantillon souffrait d’un épanchement péricardique.

Les maladies parasitaires qui apparaissent pendant la saison du Hajj :

En 1993, le Journal of the Egyptian Society of Parasitology a publié une recherche effectuée par Dr. Sarawat, de l’Hôpital An-Nûr à Médine, sur le taux des maladies parasitaires parmi les pèlerins. Il a découvert que la maladie la plus répandue parmi eux est la diarrhée, issue des giardia, parasites très connus dans les pays en développement. Ces parasites peuvent être détectés à l’aide d’une coproscopie et peuvent être facilement traités par un médicament, appelé Metronidazole (Flagyl). Des cas de malaria et de bilharziose ont été constatés. Les chercheurs ont affirmé que l’uroscopie et la coproscopie restent des dispositifs très efficaces pour diagnostiquer ces maladies.

Par conséquent, on conseille au pèlerin, avant d’entreprendre son Hajj, de consulter son médecin et d’obtenir un rapport sur sa situation sanitaire, ainsi que d’amener avec lui une quantité suffisante de médicaments, pour qu’il ne soit pas obligé d’interrompre son traitement.

Voici quelques conseils généraux aux pèlerins :

1- Veillez à la propreté de la nourriture et des boissons que vous consommez, et tachez de bien laver les légumes et les fruits.

2- Evitez de vous exposer longtemps aux rayons du soleil et, autant que possible, de vous trouver dans les endroits où il y a beaucoup de monde.

3- Reposez-vous et dormez suffisamment.

4- Portez des vêtements en coton, pourvu qu’ils soient également légers, amples et de couleurs claires.

5- Buvez beaucoup lors des jours chauds et surtout le jour de ‘Arafat.

6- Dans les jours de chaleur torride, réduisez les efforts physiques en évitant par exemple les balades dans les marchés.

7- Si vous ressentez un malaise quelconque, consultez immédiatement un médecin